Image
batiment

Les données en synthèse

Location saisonnière 2019 / 2020

Les données dans les Bouches-du-Rhône
3 min

Plus de 46 000 résidences secondaires dans les Bouches-du-Rhône : un parc relativement important mais qui se développe

Avec 46382 résidences secondaires ou logements occasionnels, le département des Bouches-duRhône est le 23e département le plus doté de France, loin derrière les départements voisins que sont les Alpes-Maritimes, le Var et l’Hérault qui proposent à eux seuls 15% de l’offre nationale. C’est en revanche le 2e parc en termes de résidences principales derrière Paris.
 

A l’exception de Paris, les départements fortement dotés en résidences secondaires en France sont des destinations balnéaires ou de montagne mais on note ces dernières années un engouement pour les résidences secondaires urbaines. Ainsi, les plus fortes augmentations en termes de résidences secondaires entre 2007 et 2017 sont des destinations urbaines : Hauts-de-Seine +59%, Seine-Saint-Denis +59%, Rhône +57%, Val-de-Marne +56%, Paris +53%, Bas-Rhin +48%, Bouches-du-Rhône +48%, Haute-Garonne +42%, versus une moyenne nationale à 11%. Le département des Bouches-du-Rhône qui occupaient la 33e place des départements les plus dotés en 2007 est passé à la 23e place en 10 ans.

La location saisonnière avant la crise

 

L'offre 

La location saisonnière, contrairement aux autres types d’hébergement marchand, est le fait de professionnels comme de non professionnels, qui peuvent proposer à la location leur résidence principale, plafonnée à 120 jours par an, ou leur résidence secondaire. Aussi, la mise en location d’un logement peut varier dans l’année d’une seule nuit à toutes les nuits.
Par ailleurs, certaines annonces peuvent être maintenues dans le système alors qu’elles ne proposent aucune disponibilité ou qu’elles ne sont jamais réservées (offre non maintenue à jour par son propriétaire par exemple et par conséquent jamais proposée dans les 1res pages des sites). C’est pourquoi la modélisation proposée par Airdna pose le principe de ne s’intéresser qu’aux annonces qui ont enregistré une réservation au cours de l’année, les considérant comme actives. Elle pose également ce même principe quand elle étudie les logements disponibles par mois en considérant comme actives et par conséquent réellement sur le marché de la location, les annonces qui sont disponibles ou qui ont eu une réservation dans le mois.Dans les Bouches-du-Rhône, on estime que 37 632 locations saisonnières ont proposé au moins une nuit de disponibilité au cours de l’année en 2019.  

Les logements n’étant pas tous disponibles en même temps au cours de l’année, ce sont, selon les mois, entre 17 091 et 26 448 logements entiers qui sont proposés à la location. Cette offre est une offre mensuelle théorique.

L’offre variant chaque jour, il apparait que l’offre active proposée quotidiennement se situe entre 5 891 logements le 28 février et 18 565 logements le 2 août. Sur l’ensemble de l’année, cela représente 3.9 millions de logements offerts en location saisonnière. 

 

Le parc en augmentation en 2018 et 2019

En 2019, les locations saisonnières du département ont enregistré 2,3 millions de logements occupés sur les plateformes Airbnb et Vrbo, soit 9% de plus qu’en 2018 

Image
Nombre de logements avec au moins 1 réservation 208 / 2019

2020 L’impact de la crise sanitaire sur les locations saisonnières

En 2020, les locations saisonnières du département ont enregistré 1 670 000 nuits réservées, soit un recul de 27% par rapport à 2019.

Ces pertes ont pour partie été observées durant le confinement, mais particulièrement entre le 2 juin et le 31 octobre. Ceci peut s’expliquer par l’annulation de nombreux évènements culturels importants et l’absence des clientèles étrangères.

Image
Anne Autret
Anne
Autret
Chargée d'études et observation
afficher l'adresse
NOS GRANDS PROJETS
Image
MPG Street Food Festival

MPG - Marseille Provence Gastronomie

Image
Contrat de destination Provence

Le contrat de destination Provence

Image
JET2020 atelier chambre

JET / Jeunesse Emploi Tourisme