Portrait de Monique Cassar

Portrait de Monique Cassar

Présidente de la Délégation Bouches-du-Rhône de la CMAR

Présidente de la Délégation Bouches-du-Rhône de la CMAR

Née à Tunis, Monique Cassar arrive à Plan de Cuques à l’âge de 7 mois. Ici, elle vit une enfance « un peu sauvage comme à l’époque » qui convient à son caractère déjà bien trempé. Déterminée, à la répartie facile, ce « garçon manqué », préfère les cabanes dans les champs aux jeux de poupée.

Une enfance sauvage

Entourée de parents aimants, elle ne manque de rien, ils vivent simplement. Elle confesse qu’elle était « un peu compliquée. Je parlais beaucoup ou pas du tout, cette part de retrait m’était nécessaire ». Au lycée Michelet, elle n’hésite pas à s’échapper des cours pour se réfugier à la bibliothèque. Monique Cassar suit déjà son propre chemin.

Secrétaire chez son 1er employeur,, elle ne lâche pas quand elle se retrouve à trier 5 ans d’archives dans 15 m² pendant des semaines. Commencer par la petite porte ne lui fait pas peur, elle occupe plusieurs postes, donne des coups de mains. « Je lis beaucoup, je capte par l’oreille, par la vue, je suis une vraie éponge ». Puis elle suit son mari à Lille. De ces années, elle gardera le souvenir d’une gentillesse extraordinaire, d’une convivialité, de rires et d’amitiés merveilleuses.

De retour à Marseille, enceinte, Monique Cassar n’a plus envie de la vie d’entreprise, au point de saboter ses entretiens d’embauche. Assez douée pour la déco et l’art floral, elle réunit ses économies, apprend chez un confrère et se lance. Elle ouvre sa 1ère boutique de fleurs un 25 décembre. Depuis ce jour, elle n’a cessé de travailler les jours fériés. Deux ans plus tard, elle ouvre une 2ème boutique. « Aujourd’hui je marie les enfants de mes 1ers clients, voire leurs petits-enfants ».

Viser l’excellence

Au fil des années, Monique Cassar s’est beaucoup formée, avec un objectif, celui de viser l’excellence. La jeune fleuriste prend très tôt le chemin du syndicalisme, et rejoint la chambre syndicale des fleuristes. « Enfant, ma mère m’appelait l’avocat des pauvres ! ». Si le syndicat ne l’a pas beaucoup épaulé à ses débuts, cela n’a pas entamé sa détermination. Ainsi des années plus tard, Monique Cassar devient formatrice et prend la tête de la Chambre. « C’est pour moi une façon de faire grandir les autres, d’être dans l’échange, dans la disponibilité des autres. Chacun doit faire sa part de chemin. »

Convaincue que l’artisanat fait le dynamisme de l’économie, la nouvelle Présidente de la Délégation Bouches-du-Rhône de la CMAR œuvre à soutenir l’artisanat de proximité, et à travers lui, vise la redynamisation des centre villes. Les connexions avec Provence Tourisme sont naturelles « L’artisanat participe à l’attractivité touristique à travers la valorisation des métiers d’art et de bouche. La route des arts et gourmandises, qui valorise l’excellence des métiers de bouche et des métiers d’art sert de support pour animer et collaborer avec MPG2019. Nous faisons ainsi la promotion de l’événement à travers tout le territoire au même titre que celle du consommer local. »

Et quand il s’agit de retrouver la Provence « sauvage » de son enfance et de ses lectures, direction les Alpilles. Rituel du dimanche soir : table ouverte pour un apéro qui réunit famille et amis, pour prendre des nouvelles, rire et repartir !