Portrait de Jean-Claude Pellegrin

Portrait de Jean-Claude Pellegrin

Vigneron coopérateur,
Président de l’Interprofession des vins IGP du Sud-Est

ENGAGE SANS MODERATION

Jean-Claude Pellegrin passe ses jeunes années en ville à Salon-de-Provence, où ses parents tiennent un bar-tabac. Mais ses week-ends, Jean-Claude les passe déjà à la campagne, à Lambesc, où son père exerce une deuxième activité et cultive des terres en polycultures, dont de la vigne. Travaux d’été, coups de main à son père, le futur porte drapeau des vignerons passe ses vacances sur le domaine. En 1971, ses parents s’installent à Lambesc et s’investissent à temps plein dans la culture de fruitiers, le maraîchage en plein champs et les vignes. Pour Jean-Claude, la vigne devient peu à peu une évidence. Il part en internat au lycée agricole d’Orange où il prépare un BEPA option viticulture. 1981, de retour à Lambesc, le jeune diplômé s’installe sur une partie des terres familiales et les convertit rapidement en exploitation 100% viticulture.

Son mantra : « Le groupe est meilleur que le meilleur du groupe ». Alors que le mode coopératif revient sur le devant de la scène, Jean-Claude n’a cessé de croire à ses vertus. « Je me suis rapidement découvert cette capacité à défendre les causes compliquées, en ayant cette volonté de regarder le collectif et de vouloir améliorer les choses pour l’intérêt général. On assiste aujourd’hui à deux phénomènes, une société repliée sur elle-même, des mouvements assez individualistes et en même temps le besoin de se retrouver, de vivre une expérience humaine, de partager. » Celui dont l’engagement a débuté au « centre départemental des jeunes agriculteurs », endosse aujourd’hui une multitude de casquettes et de responsabilités.

Un discours aux accents marseillais ! « Je suis émerveillé de la mosaïque de paysages du département, la mer, la plaine, la montagne, et une agriculture encore très présente. J’affectionne particulièrement Marseille, une véritable belle ville, multiculturelle, un port ouvert tourné vers le monde. Nous, les viticulteurs, nous avons la chance d’avoir cette capitale à portée de nos vignobles, à portée de notre zone de production ».

En regardant dans le rétro, Jean-Claude Pellegrin raconte le parcours de ce produit noble, son changement de positionnement, d’une boisson aux vertus « santé » telle que Pasteur en parlait, à une consommation raisonnée et tournée vers les moments de partage et de convivialité. « Aujourd’hui les consommateurs ont un œil différent sur le produit lui-même. Ce nouveau regard génère une curiosité pour le produit, le vignoble et le vigneron. Derrière chaque cuvée, il y a l’histoire d’un terroir et d’un territoire, l’histoire d’hommes et de femmes qui sont des artisans de la création de ce produit noble. En Provence, le rosé est une boisson décomplexée, accessible à tous, intergénérationnelle qui permet d’aller sur le vin facilement. » Il constate que son propre métier a changé, producteur de raisin, élaborateur et vinificateur, il s’enrichit d’une plus grande proximité avec le consommateur, auquel il explique cette « belle » rencontre entre des hommes et des terroirs. « Provence Tourisme nous aide à prendre conscience de cette mutation sur le positionnement des produits de notre département et de leur valorisation vers les résidents et les touristes. C’est un enjeu économique pour l’ensemble de l’agriculture, de la viticulture et un véritable enjeu sociétal entre les urbains et les agriculteurs. » Le président de l’Interprofession des vins IGP du Sud-Est s’enthousiasme déjà de la perspective de Marseille Provence 2019, année de la gastronomie (et du vin !).

Provence Tourisme sur les sentiers vignerons

La vigne en Provence c’est d’abord un paysage qui façonne l’horizon, promontoire sur la Sainte Victoire, garrigue entre étang de Berre et Mer Méditerranée…. C’est aussi l’histoire de rencontres entre des hommes et des terroirs. Initiés par la Fédération des Caves Coopératives, et avec le soutien de Provence Tourisme, les « sentiers vignerons » ont vocation à raconter le savoir-faire des vignerons, à expliciter l’histoire et le patrimoine des sites. Tout au long des parcours, sont évoqués : le travail du sol, la taille, le palissage, les vendanges, la gestion de l’eau en Provence. Des bornes signalent les cépages caractéristiques de la Provence, le petit patrimoine, les produits du terroir… Le parcours s’achève à la cave pour une dégustation. Puyloubier, Trets, Rognes, Lambesc et bientôt Pélissanne, Auriol et Martigues. Le sentier des vignerons de Puyloubier est labellisé Tourisme & Handicap.
www.myprovence.fr/circuits